top of page

Comment aborder la transition alimentaire. (3ème partie)

Voici le 3ème et dernier article du dossier sur l’alimentation de l’enfant.

  • Je t’ai partagé mon constat concernant l’alimentation actuelle.

  • Nous avons compris l’importance d’une bonne alimentation et pourquoi il faut s’y intéresser et envisager de modifier certaines choses.

  • Alors maintenant, je te propose de voir comment aborder les éventuels changements d’alimentation que tu voudrais mettre en place.

Allons vers une transition alimentaire.


Comme tu le sais l’alimentation est un sujet important pour moi, alors cet article me tient encore plus à cœur que les précédents car il apporte des solutions. Je sais que beaucoup de personnes voit la transition alimentaire comme quelque chose de trop compliquée, de trop frustrant et que ça n’en vaut pas la peine car le bénéfice est bien inférieur aux contraintes que cela crée. Si tu as peur des contraintes, je t’invite à me suivre dans la suite de cet article 😉


Pour ceux ou celle qui ne vois pas encore l’intérêt je vous renvoie à l’article 2 sur le sujet 😉 tu le trouveras ici.



Par où commencer la transition alimentaire ?


Pour moi déjà il faut commencer par faire un bilan de ses habitudes alimentaires, peut-être même, te faire accompagner par un naturopathe ou une naturopathe dans ces changements alimentaires. Ainsi il où elle te guidera vers les bonnes bases pour ta famille. Il pourra t’expliquer quelles sont les bonnes associations alimentaires et ce qui correspond au besoin chez toi. Dans cet article je ne vais pas rentrer dans les détails car selon moi c’est de l’individualisation qu’il faut. Mais je vais t’orienter et te montrer que la transition alimentaire n’a rien de contraignant.


Une fois que tu as fait le bilan, je t’invite à discuter avec ta famille.

Tu peux commencer en disant : aujourd’hui maman a pris conscience que certaines choses n’allaient pas dans notre alimentation, c’est pour ça que nous avons différentes maladies ou que ton ne va pas bien dans nos émotions, essaye de parler de choses concrète chez toi que tes enfants vont comprendre. Exemple chez moi je leur parle de mes problèmes de digestion, du sommeil pour mon fils et de la colère pour ma fille.


Faire un constat des choses à la maison tout en discutant tous ensemble, en allant pointer le doigt sur certains aliments qui pourrait être responsables. C’est comme une grande enquête à la recherche du bien-être. Et pour ça on fait des tests, on expérimente, et on chasse les coupables : comme les aliments trop industrialisés. Je pense surtout à ce qui fait le bonheur des enfants : les paquets de gâteaux industriels qui sont pour moi un poison : bourrés de sucre, de produits pas bons du tout et surtout qui calent le ventre mais ne nourrissent pas.


Avoir cette discussion avec tes enfants, et les rassurer en leur disant qu’il y a plein de bonnes alternatives qui vont aussi leur faire plaisir mais que bien se nourrir ça demande de s’impliquer un peu et de devenir l’aventurier de sa propre vie à la recherche du trésor. (oui j’adore Indiana Jones).


Comment mettre en place les changements progressivement ?


Une fois, que tu auras repéré les habitudes à changer, eh bien tu y vas tranquillement tu prends une habitude et tu vois comment en fonction du contexte de ta famille tu peux la modifier.


Chaque famille est différente, certaines auront peu de chose à modifier et d’autres c’est le contraire. Il n’y a pas de jugement à avoir, juste faire selon le rythme de chacun. La question à se poser : Est-ce que je suis prêt à sauter le pas ? Et à partir du moment où la décision est prise, on accepte et on fait preuve de bienveillance envers soi 😉 Je suis passée par là, les contraintes que ça impliquait, j’ai choisi de les avoir et surtout j’ai choisi d’y aller pas à pas avec bienveillance, en y allant tranquillement.


Ensuite vous décider d’une chose à modifier tous ensemble, par exemple : tu as envie d’éliminer les sodas de chez toi. Dans ce cas-là, je t’invite à trouver une alternative pour les remplacer. Chez nous pour les apéros on faisait de la tisane de menthe qu’on laissait refroidir et les enfants ont toujours aimé, ils ont été habitués dès le départ. On a aussi une soda Stream, c’est très pratique pour faire de l’eau gazeuse neutre, tu peux aussi utiliser les hydrolats ou les eaux florales. Personnellement je prends de l’hydrolat de fleur d’oranger dans laquelle je mets du sirop d’érable pour le côté sucré et de l’eau gazeuse. Une fois la solution de remplacement trouvé c’est plus facile d’éliminer le produit en question.


Pour les premiers changements que tu vas faire, trouver une alternative est important car ton enfant ne verra pas les changements comme une punition, mais plus comme de la nouveauté et ça se fera tout seul. Par la suite certaines choses pourront simplement être éliminées. Par exemple chez moi nous avons un grand pot à cookies que nous faisons régulièrement et plus aucun paquet de gâteaux. Ainsi nous avons une catégorie de biscuit et non une multitude. Ça a pour avantage d’être économique, écologique et plus sain parce que tu décides des aliments que tu mets dedans. En vérité nos enfants n’ont pas besoin d’une multitude de gâteaux en tous genres.



Une fois la première habitude intégrée et acceptée dans la famille tu passes à la suivante par exemple, comment intégrer plus de légumes dans les repas. Je t’invite à consulter l’article que j’ai fait à ce sujet ici. Voilà, tu l’auras compris, l’idée, c’est de prendre une habitude de la changer et une fois qu’elle est devenue une routine et que c’est ok pour toute la famille, tu prends une nouvelle habitude et tu recommences, jusqu’à ce que tu atteignes ce que tu souhaites.


Il faut du temps pour une la transition alimentaire ?


Un des freins que rencontre beaucoup de parent est le temps. A ce sujet je reconnais que j’ai fait le choix d’avoir ce temps pour cuisinier. Mais une alimentation saine ne passe pas par 3 heures de cuisine. Je te donne un exemple, avec ma fille, nous adorons les œufs mollets, c’est 8 minutes de cuisson, tu fais de belles assiettes avec un bon pain au levain. Et tu accompagnes de crudités : laitue, avocat, concombre, radis, carotte ou une salade de champignon avec du persil (ça pousse super bien en pot ou en jardinière si tu n’as pas de jardin) et graines de tournesols germées. C’est un repas idéal pour le soir nourrissant, léger et rapide à préparer.

Je privilégie aussi les gros repas les jours où on a plus de temps ou alors parfois je fais des grosses quantités et je congèle. Le dimanche c’est grosse fournée de cookies pour toute la semaine. Et sinon il ne faut pas hésiter à faire participer les enfants à l’élaboration des repas, ça fait des mains en plus et ça reste un moment convivial.


Et dans tout ça il faut aussi respecter ton enfant, ses goûts, ses envies puisque ses envies sont aussi là pour lui montrer les besoins de son corps. Et ça, c’est très important à prendre également en considération dans la transition alimentaire.

Il faut bien garder en tête que les changements d’habitude alimentaires peuvent durer, très longtemps. Je parle en mois, voire même en année dans certains cas.


Voilà, j’espère que cet article te sera utile et surtout qu’il te permet de voir que les changements alimentaires ce n’est pas frustrant ni compliqué, c’est à toi de décider. Il vaut mieux un petit pas que rien du tout 😉


Avec toute ma bienveillance

Myriam


1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page