Es-tu concerné par le burn-out parental ? (partie 2)

Mis à jour : juil. 26

Voici la deuxième partie de notre dossier sur le burn-out parental.

Nous avons vu dans le premier article que finalement il y a une grande cause : ton désir d'être parfait ainsi que la peur d'être jugé. Et que cela implique bien souvent une certaine charge mentale.


Aujourd'hui je veux te parler des signes qui te montrent que tu es peut-être concerné par le burn-out parental.


burn-out parental

Sache que, même si tu ne remplis pas toutes les cases cela ne veut pas dire que tu ne sois pas concerné.


Attention, ne banalise pas certains signes, bien souvent cela commence à s'installer tranquillement et doucement et après les symptômes prennent plus d'ampleur. C'est comme une fuite d'eau elle commence au gouttes à gouttes et si tu ne fais rien tu te retrouves avec un filet d'eau, jusqu'au devoir sortir des seaux d'eau.


L'épuisement dans son rôle de parent.


C'est souvent le signe que l'on voit en premier, c'est aussi le plus flagrant.

La fatigue physique est bien présente, mais aussi la fatigue psychique parfois même l'envie de baisser les bras.


La fatigue et l'épuisement peuvent crée d'autres symptômes tel que des maux de tête "ils me prennent tellement la tête", mais aussi des troubles de la digestion parfois prise de poids ou amaigrissement, une perte de la libido, des troubles du sommeil...


La fatigue te conduit aussi à des "pétages de plomb", des troubles du comportement avec irritabilité, des crises de colère, des automutilations et/ou des agressions envers les enfants... et un beau sentiment de culpabilité derrière.



Un détachement émotionnel et affectif de ses enfants


Tes enfants tu les aiment, mais tu commences à en douter, quelque part c'est mieux quand ils sont loin. Tu te désintéresse d'eux, ce qu'ils font et te disent ne te passionne plus. Alors oui tu es toujours là pour les besoins routiniers mais le reste tu t'en détache, ça t'importe peu de savoir comment s'est passé leur journée d'école.


Certains parents vont jusqu'à un certains "je-m’en-foutisme" :

"je m'en fiche que tu ne te brosse pas les dents".

"ton dessin, oui c'est bien ..."

"mange ce que tu veux, j'ai plus la force ..."


Cela te conduit petit à petit à avoir une attitude négative, une certaine tristesse, des envies de pleurer, une baisse de l’estime de toi et un sentiment de culpabilité.


Une perte d’épanouissement et d’efficacité dans son rôle parental


burn-out parental

Avant, tu prenais plaisir à guider tes enfants et tu aimais partager des moments avec eux. Maintenant, tu te forces à être avec eux, tu es là mais dans ta tête tu n'es pas là, tu voudrais être ailleurs et de préférence seul(e).

Tu te sens saturer et tu "n'en peut plus", comme un sentiment de "goutte d'eau qui va déborder le vase".


Le burn-out peut te conduire à un repli sur toi, jusqu’à ne plus avoir envie de voir ta famille, ni même tes amis. Si tu as tendance à te laisser aller cela peut te conduire à des addictions diverses (jeux, sports, achats compulsifs, alcool, drogues).


Je te parle seulement de ton rôle de parent mais tous ces symptômes se rajoutent à tous ce que tu peux vivre dans ton quotidien et surtout en fonction de ta situation de vie, de ton contexte familiale, professionnel...


Si tu te sens concerné pas d'inquiétude, bientôt, pour le dernier volet de ce dossier je te proposerais quelques solutions pour te soutenir face au burn-out parental ^^


Avec toute ma bienveillance.

Myriam


www.myriamnaturopathe.fr


#naturopathie #fleursdebach #reflexologieplantaire #harmonie #bienveillance #famille #parentsenfants #parentalité #solutionsnaturelles #bienetre #parentepanoui #enfantepanoui #prendresoidesoi #équilibreemotionnel #educationbienveillante #quimperle #buroutparental #parentfatigue #epuisement #enfantagite #chargementale

Posts récents

Voir tout